Editions Lugdivine - Le spécialiste de la pédagogie musicale - Aux origines de la musique

 

Besoin d'aide ? 04.37.41.10.40

lugdivine

Panier0
Total TTC :0,00 €
Votre panier est vide!

Aux origines de la musique

vendredi, 03 mai 2019 09:39;

Communiquer ici, là-bas et au-delà... analyse de Patrick Kersalé

Mais qu’est-ce que la musique ?
Pour apporter un éclairage sur cette question, nous sommes allés promener notre caméra et notre magnétophone en Afrique et en Asie chez des peuples pratiquant mode de vie qualifié par l’Occident de « traditionnel ». Si nous y cherchions des musiques, des chants et des instruments, nous y avons surtout découvert des outils permettant de communiquer ici, là-bas, au-delà. Communiquer ici, c’est maintenir ou rétablir l'harmonie au sein du groupe, stimuler le travail, éduquer les enfants ou guider les animaux est source de communication, une communication qui prend vie dans des espaces physiques restreints tels l’enceinte de la propriété familiale, les lieux de vie, de travail, de fête et de cérémonies.
Communiquer là-bas, c’est s'affranchir des distances. Pour cela l’Homme a développé des formes vocales particulières, créé de puissants outils sonores ou encore organisé un acheminement stratégique de sa communication.
Communiquer au-delà, ou plus exactement avec l'au-delà, c’est établir le lien avec le monde de l’invisible. Il est ici question de communication avec les entités spirituelles et les mânes. Les contours de cet espace sont physiquement indéfinis puisque certaines entités habitent, selon les croyances, des lieux inconnus de l’univers.

S’il existe une diversité bien vivante dans le grand ensemble des cultures du monde, c’est bien celle de ces musiques que nous qualifions de “traditionnelles”. Mais derrière cette appellation aux contours imprécis, se dissimule un tout autre univers : celui de la communication.
La grande histoire de la communication humaine débute dans les espaces de la vie quotidienne : maintenir ou rétablir l’harmonie sociale, éduquer, séduire, stimuler, autant de fonctions qui permettront à l’humanité de s’épanouir. Parallèlement, l’homme développe des techniques vocales, des outils sonores, des langages et des stratégies lui permettant de communiquer à distance. Puis, voilà 50 000 ans, se dessinent les contours d’une communication avec le monde de l’invisible au service du développement de la conscience religieuse.
En Afrique et en Asie, subsistent aujourd’hui encore, dans des sociétés au mode de vie traditionnel, des outils, des techniques et des stratégies de communication aux origines lointaines.

 

AFRIQUE – COMMUNIQUER ICI


Chant et lithophone raclé (meule dormante)
Dans l’espace de la meule, ouvert sur l’extérieur, la femme lobi exprime librement ses sentiments à travers des chansons de répertoire ou des chants exutoires improvisés dénonçant les calomnies de son mari, de sa famille ou du voisinage…


Tambour d'eau
Pour rythmer le pilonnage des noix de karité et se stimuler, l’une d’entre elles, que l’âge ou l’état de santé incline au ménagement, frappe un tambour d’eau en calebasse.


Cris de vacher
Les conducteurs de troupeaux ont développé des langages personnalisés pour communiquer avec le bétail.


Luth monocorde
Tandis que paît le troupeau, les gardiens mettent parfois à profit les instants de répit pour s’adonner à une pratique instrumentale, celle du luth.


Cithare monocorde solo / duo
Le jeu constitue un facteur de socialisation de première importance. Il peut être proprement ludique, éducatif ou lié aux rituels de séduction. Certains jeux font appel à des instruments sonores, des chants ou des frappements corporels, situés au coeur même du divertissement, comme cet arc à résonateur, ou bien utilisés comme accompagnement.


Chant et frappements de mains (soko)
Ce jeu féminin est plébiscité pour les sensations physiques qu’il procure, pour son caractère convivial et peut-être aussi pour la confiance ainsi mise à l’épreuve. Un rôle qui se prolonge par le caractère éducatif des chants évoquant le mariage, la morale ou l’allégeance du peuple gan à son roi.


Arc à bouche
L’arc à bouche, un instrument à la sonorité fluette, contribue à entretenir une certaine intimité avec l’entourage qui doit se rapprocher du centre de l’émission sonore pour percevoir le propos dissimulé derrière les mots que le musicien se contente de vocaliser.

arc en bouche

Berceuse
Pour apaiser les enfants et faciliter leur endormissement, les femmes puisent dans le vaste répertoire des berceuses aux origines séculaires.


Tambour à friction
Les Gan en possèdent un tout à fait original, qui consiste à imiter le rugissement du lion à l’aide d’une calebasse extirpée pour l’heure de la cuisine, d’une cuillère servant ordinairement à mélanger la bouillie de mil et d’un peu de cendre de bois afin de faciliter la friction.


Chantefable
Avant que l’école ne se substitue à tout autre forme d’éducation, proverbes et devinettes avaient pour rôle d’aiguiser le discernement et de développer la mémoire, les contes visaient à enseigner les bonnes moeurs et à mettre en garde contre les travers de l’homme.


Harpe arquée
De rares musiciens de tradition orale savent composer des musiques et créer des chansons pour éveiller les consciences. Akouna Farma, un musicien de l’ethnie gan, a dédié sa vie à la création et à l’interprétation de thèmes mettant en garde la jeunesse contre les méfaits du SIDA ou contre le mirage de cet argent facile que tant ont espéré gagner en s’expatriant.


Xylophone sur fosse
La pratique des instruments musicaux et l’apprentissage des répertoires s’effectuent majoritairement par imprégnation lors des rituels et des fêtes. Toutefois, les instruments complexes s’étudient auprès de musiciens confirmés au cours de séances dédiées. Seuls ceux qui ont atteint un certain niveau et fait preuve d’une pratique avérée sont reconnus comme musiciens.

balafon sur fosse


Harpe-luth, racleur
La séduction les riches, les puissants ou tout simplement des hommes valeureux procure, à ceux qui s’y adonnent, des sources de revenus qui peuvent être considérables si le louangé est généreux et le louangeur talentueux. C’est le rôle des griots dans les sociétés mandingues.

 

AFRIQUE – COMMUNIQUER LA-BAS


Sifflet
Au cours des chasses, le sifflet de bois, tenu pour magique, sert au chasseur à communiquer avec ses semblables, à annoncer la mort d’un animal, l’accomplissement d’un rituel, à se diriger ou à demander de l’aide.

sifflet dogon


Fusil
Lorsqu’il s’agit de regrouper les retardataires, qui peuvent se trouver à plusieurs kilomètres de là, on n’hésite pas à faire parler la poudre !


Trompe embouchure latérale, sifflet
Il y a quelques décennies encore, pour la plupart des peuples vivant dans le sud-ouest du Burkina Faso, un meurtre devait faire l’objet d’une vengeance organisée par la famille et les alliés de clan de la victime. On mobilisait alors les guerriers à l’aide de trompes en corne d’antilope et de sifflets de bois sur lesquels on transposait des messages d’encouragement.


AFRIQUE – COMMUNIQUER AU-DELA


Chant louanges
Lors des funérailles, il est de coutume de chanter les louanges du défunt. Mais il arrive parfois que soient aussi rappelées ses mauvaises actions, une manière de maintenir l’équilibre social dans le monde des vivants, chacun redoutant de voir sa réputation salie avant le grand départ vers le pays des ancêtres.


Xylophone - Tambour - Outil métallique percuté
Au cours des funérailles, les véritables maîtres de la communication sont le balafon et le tambour, deux instruments sacrés dotés de la parole, qui communiquent à la fois avec le monde des vivants et celui des morts. Vingt-quatre heures durant, ils égrainent un savoir transmis par la tradition, animent et rythment la danse, véritable exutoire de la douleur.


Voix (interrogation du cadavre)
Avant de mettre fin aux cérémonies funèbres, diverses personnalités du village et de la famille viennent tour à tour faire ce qu’il est convenu d’appeler “l’interrogatoire du cadavre”. Les réponses aux questions sont signifiées par les mouvements latéraux et les déplacements du brancard contenant des effets ayant appartenus au trépassé.


Clochette de divination
Pour déterminer la cause d’une maladie ou d’un problème, on fait appel au devin. En Afrique occidentale, la clochette de fer est l’instrument le plus fréquemment utilisé pour éveiller les entités spirituelles. Une fois la connexion établie entre ici-bas et au-delà, ce sont les esprits eux-mêmes qui animent le devin.


Clochette de thérapeuthique
Après avoir interpellé ses entités spirituelles à l’aide d’une clochette, un guérisseur traditionnel l’utilise pour canaliser les forces bénéfiques des esprits sur le malade et déterminer l’emplacement des objets cachés dans son corps, matérialisations de sorts qui lui ont été jetés. Ce n’est qu’après l’extraction de ces objets que le malade recouvrera la santé.


Hochet en calebasse
Les Gan se servent de hochets en calebasse pour éveiller et consulter les génies. Le secouement répétitif de l’instrument auquel viennent s’ajouter les chants, inspirés par l’au-delà, conduisent rapidement le devin dans un état de transe de possession.

hochet

Nous allons maintenant poursuivre notre voyage en Asie du Sud-Est et en Chine à la découverte d’autres modes de communication.


ASIE – COMMUNIQUER ICI


Hautbois
Les fêtes familiales sont des moments conviviaux au cours desquels la musique est source de fusion des émotions et de rapprochement des êtres. Chacun peut tour à tour devenir musicien ou chanteur pour animer les réjouissances, à moins que l’on préfère inviter, comme ici, des musiciens attitrés.


Luths bicorde / tricorde / vièle bicorde
En Chine, les fêtes calendaires sont, pour les autorités, l’occasion d’organiser de grands rassemblements où chacun peut à la fois présenter son savoir-faire artistique et apprécier d’autres modes d’expression, une manière d’inviter les différentes ethnies qui se côtoient au quotidien à se mieux connaître et à vivre paisiblement, ensemble.

ASIE – COMMUNIQUER LA-BAS

Conque, tambour tonneau, gong
Cette procession, qui se rend au temple dédié à l’un des héros légendaire du Vietnam, informe les villageois du commencement des festivités à grand renfort de conques, de tambours et de gongs.


Xylophone
Une femme appelle son mari, lequel n’a aucune difficulté à déterminer la provenance du message, à reconnaître la mélodie et à en déduire la raison de son appel.

xylo sur fosse


Cloche de buffle
Les vachers munissent leurs buffles de cloches de bois ou de bambou afin de les localiser et de les identifier à distance.


Feuille
Les Hmong, qui vivent en altitude, se servent de feuilles fraîches pour communiquer entre des points éloignés.


Tambour tonneau et cymbales, cloche bronze à battant externe
Au Laos, dans les pagodes bouddhiques, les moyens de communication distante sont adaptés à chaque besoin. Un puissant tambour et des cymbales invitent les croyants vivant à l’extérieur du temple, une modeste cloche de bronze convie les moines de l’intérieur. Le nombre de frappes ou leur rythme permettent de qualifier l’événement.


Prières bouddhiques, chant pagode - Laos - Lao
Prières et louanges sont le dénominateur commun de toutes les religions. Par ce moyen, les croyants cherchent à s’attirer les grâces des entités spirituelles et à les remercier pour l’exaucement de leurs requêtes. Par-delà le seul contenu sémantique, les grandes religions ont indéniablement recherché à édifier une communication esthétique qui vise à charmer les divinités.


Chant, tambour de bois et cloche de bronze à battant externe
Dans les pagodes bouddhiques, les tambours de bois sont destinés à rythmer la scansion des prières, les cloches de bronzes à saluer les entités spirituelles et à éveiller leur attention lors d’offrandes ou de prières.

Pour découvrir tous les instruments cités dans l'article :

 7340

Toute l'équipe Lugdivine